Information sur le marché

Novelles du marché - janvier 19, 2021

Le Confinement pèse sur les bourses du pétrole

Les chiffres ne

diminueront pas. Les instituts de recherche concernés continuent de faire état

presque quotidiennement de nouveaux records d'infection, malgré des mesures de

confinement de plus en plus strictes, y compris dans les pays considérés comme

presque exempts par le Covid 19. La demande de pétrole et de carburant est à

nouveau en baisse et les prix du pétrole sont sous pression...

En savoir plus
Novelles du marché - janvier 18, 2021

Nouveau président - Nouvelle politique

Mercredi, le

nouveau président américain Joe Biden prendra officiellement la relève de son

prédécesseur Donald Trump. Ceci est susceptible de modifier quelque peu

l'orientation politique des États-Unis à l'avenir. Par exemple, M. Biden

souhaite rejoindre l'accord de Paris sur le climat et réactiver l'accord

nucléaire avec l'Iran. Les prix du pétrole pourraient bien réagir à cela....

En savoir plus
Novelles du marché - janvier 15, 2021

[Translate to FR:] Ölnachfrage bleibt Corona-Sorgenkind

[Translate to FR:]

Die globale Nachfrage nach Öl und Kraftstoffen beginnt erneut zu schwächeln, nachdem sich das Corona-Virus weiterhin nahezu ungehindert ausbreitet. In Europa gelten inzwischen wieder nahezu flächendeckende Lockdowns, ebenso wie vielerorts in den USA. Inzwischen sind auch in China wieder neue Hotspots aufgetaucht und die Zahlen steigen rapide.   Mobilitätsbeschränkungen killen Treibstoffnachfrage Schon in der ersten…

Der Beitrag Ölnachfrage bleibt Corona-Sorgenkind erschien zuerst auf Futures-Services.

En savoir plus
Novelles du marché - janvier 11, 2021

L'Arabie saoudite sauve à elle seule l'OPEP

Depuis janvier, l'OPEP

et ses partenaires , une alliance de 23 pays producteurs de pétrole, ont

produit un demi-million de barils de pétrole de plus que les mois précédents.

Toutefois, l'augmentation prévue en février pour le même montant doit être

suspendue pour le moment. En outre, le plus grand producteur de l'OPEP,

l'Arabie Saoudite, a une fois de plus annoncé qu'il réduirait volontairement sa

production d'un million de barils à partir de février....

En savoir plus
Novelles du marché - décembre 30, 2020

La crise du Corona a posé des défis majeurs aux pays membres de l'OPEP.

L'Organisation des

pays producteurs de pétrole tente depuis le printemps de contrer l'effondrement

des prix du pétrole brut. Le moyen le plus efficace: réduire la production pour

éviter que l'offre excédentaire ne vienne contrer la baisse de la demande. Mais

aujourd'hui, pour la première fois depuis des mois, les niveaux de production

sont relevés.

Des baisses de

production historiques

Lorsque les prix du

pétrole sont tombés en territoire négatif en avril, même la dernière personne

sur le marché du pétrole a réalisé que la situation était grave. L'OPEP et ses

États partenaires, appelés OPEP+, ont finalement pu s'entendre sur des

restrictions communes de production après de longs différends et ont décidé de

mettre en œuvre des réductions historiques de 9,7 millions de barils par jour

(159 litres chacun) à partir du mois de mai.

 Le plan initial

était de réduire ces réductions d'ici la fin de l'année, en ne retirant du

marché qu'environ 6 millions de barils en décembre. Mais après un premier

ajustement au cours de l'été à 7,7 millions de barils, il était clair que cela

ne se produirait probablement pas aussi rapidement. La deuxième vague

d'infections du Corona est arrivée avec force, et ce qui avait semblé être une

reprise rapide de la demande de pétrole pendant l'été s'est à nouveau arrêté

net alors que la pandémie se poursuivait.

Plus de pétrole en

début d'année

Toutefois, c'est

l'approbation des premiers vaccins et le début des campagnes de vaccination au

début de l'année qui ont donné de l'espoir aux acteurs du marché et aux membres

de l'OPEP+. Les prix du pétrole se sont tellement redressés à la fin de l'année

que l'OPEP+ a décidé, lors de sa dernière réunion plénière, d'ajuster les

réductions de production de 500 000 barils à partir de janvier. Il s'agira désormais

d'un montant supplémentaire disponible sur le marché à partir de la nouvelle

année.

Le montant

relativement faible est le compromis minimum dans le conflit entre les États

membres, dont certains, comme le plus grand producteur, l'Arabie Saoudite, sont

opposés à l'augmentation de la production. D'autres, comme les Émirats Arabes

Unis et l'Irak, font pression pour que les coupes soient levées afin de ne pas

grever davantage leurs économies fragilisées par le Corona.

Le 4 janvier,

l'OPEP+ se réunira à nouveau pour discuter de la manière de procéder. Il est

prévu d'autoriser 500 000 barils supplémentaires à partir de février et de

continuer à ajouter progressivement 500 000 barils chaque mois jusqu'à

atteindre au moins les 2 millions de barils prévus dans le plan initial d'avril

2020. Toutefois, l'OPEP+ a souligné à plusieurs reprises qu'elle réagira avec

souplesse et rapidité aux conditions du marché et qu'elle agira de manière

appropriée, car l'alliance est consciente qu'une trop grande quantité de pétrole

sur le marché mettrait très rapidement les prix à nouveau sous pression.

 

 

En savoir plus
Novelles du marché - décembre 23, 2020

Les commerçants se préparent à la décision de l'OPEP +

 

La

production du pétrole va de nouveau augmenter à partir de 2021. Lors du

déclenchement de la pandémie coronale, les prix du pétrole brut ont chuté.

L'effondrement du trafic mondial, la restriction des échanges et l'incertitude

quant au retour à la normale ont frappé la demande mondiale de brut. Mais la

production ne pouvait pas réagir assez rapidement. On ne peut pas arrêter la

production comme un robinet. 

 

 

 

En savoir plus